Faire l'expérience de soi

Bienvenu(e) sur cette page Hypersensibilité | Quête de sens

 

Cette page s’adresse aux personnes qui se sentent hypersensibles et qui se posent des questions sur elles et sur le monde.

Elles peuvent se définir comme hypersensibles, mais à vrai dire, peu importe. Quelle que soit notre carapace, l’idée de ce parcours est de pouvoir prendre de la perspective et voir ce qui se joue vraiment, entre nous et le monde, pourquoi nous frottons autant et où est le malentendu.

Le parcours répond à vos pourquois : pourquoi je suis anxieux, gêné, en manque de confiance, pourquoi je ne me sens pas vivant, pourquoi ma vie ne me satisfait pas, pourquoi tout me semble incohérent à l’extérieur, pourquoi je ne suis pas reconnu, pourquoi je ne me sens pas écouté ? En y répondant, en comprenant ce qui se joue, nous acceptons de ressentir ce qu’il y a à ressentir, car tout simplement nous avons besoin de sens pour lâcher-prise.

Obtenir des réponses à nos questions est aussi un fondement pour accepter la transformation en soi. Comprendre comment le système à l’extérieur se déploie et nous impacte permet de re-donner crédit à son ressenti et à sa vérité intérieure. Et c’est pas petit 🙂 Bref, si ces mots vous parlent, allons-y !

Il existe deux grands profils d’hypersensibilité. Je vous laisse les découvrir sur ces deux articles. L’idée est que vous vous reconnaissiez, car ça fait toujours du bien de se reconnaître. Et parce qu’en vous reconnaissant, vous voyez bien que vous n’êtes pas seul et que votre souffrance est cousue de fil blanc. Et si ce n’est pas vous alors, si tout le monde apparaît en souffrance, d’où vient le problème ?!

L’hypersensible dur : ses émotions le débordent, en manque de reconnaissance, il a un « truc » en lui mais on le prend pour un allumé.

L’hypersensible doux : en contrôle, ‘est effacé, s’est conformé mais ne veut plus être en effort, il veut se sentir vivant. Mais comment ?

Ces symptômes sont cousus de fil blanc car ils découlent de croyances types et générales.

L’hypersensible doux a choisi l’effacement pour s’intégrer. Il renonce donc dans une certaine mesure à son identité pour pouvoir survivre et « faire partie ». Pour s’effacer et s’adapter, il contrôle fortement en amont et peut facilement se retrouver dans les normes, conforme, parfois rigide. Mais il ne se sent pas vivant, pas existant. Sa souffrance principale est dans le fait de ne pas s’affirmer, de ne pas oser être lui, de ne pas se sentir vivant. Son principal problème, c’est lui.

L’hypersensible dur est celui qui n’a pas renoncé à son identité. Il se retrouve donc beaucoup plus à vif vis à vis du système et des autres, des groupes en particulier. Il peut être flamboyant, mais il vit des tourments intérieurs violents, il se sent vivant mais terriblement frustré. Il tente de contrôler ses émotions mais elles le débordent. Il a énormément de ressenti mais il n’y accorde pas crédit. Sa souffrance principale est dans la non-reconnaissance et le rejet. Il peut être très, très angoissé. Son principal problème, c’est les autres (et le monde extérieur).

L’intéressant dans ces profils est de voir que selon les symptômes sont associées des croyances et des injonctionsspécifiques. Et il est toujours passionnant (et marrant) pour un hypersensible de découvrir que ce qu’il croit être la malédiction de sa nature est déjà cousu de fil blanc, vaut pour tout un paquet de personnes, et n’a finalement rien à voir avec sa nature profonde. Ce n’est qu’un vernis de symptômes découlant du « frottement » avec notre société et le but, c’est de s’en débarrasser (avec amour …).

Être hypersensible n’est pas une nature. C’est une réaction à une tentative de contrôle du ressenti. Or l’être humain n’est que ressenti.

Le but est de dissoudre le contrôle. Car tant que nous sommes en contrôle, en résistance, nous souffrons et notre vie tourne en boucle.

Le contrôle opère en nous car nous doutons que notre ressenti soit juste et bienvenu. Pour une bonne raison.

Le contrôle opère en nous car nous voyons nos émotions comme le symbole de nos échecs ou insuffisances.

Pour se débarrasser du contrôle, il faut d’abord le voir. Pour le voir, il faut expérimenter une autre perspective. Se décentrer. Voir la matrice.

Quand on commence à la voir, on découvre un autre monde. Un système. On peut choisir d’y rester. Ou non.

Ne pas y rester signifie Créer son propre monde. Et ça se fait progressivement : choisir ce que l’on veut faire, suivre ses envies, ne plus être en injonction sur soi, ne voir que des personnes qui nous nourrissent, se connecter de la façon que l’on aime, vivre là où on a envie de vivre. Et renoncer au reste.

Diag Hypersensible
Êtes-vous hypersensible ?

Le meilleur indicateur

Le meilleur indicateur pour savoir si on est hypersensible, c’est de se sentir hypersensible. Ça se suffit en soi, il n’y a pas une loi décrivant précisément ce qu’est l’hypersensibilité. Regardez la description en haut de la page et si ça vous parle, c’est vous !

Vous aurez alors compris que l’hypersensibilité est une manifestation d’un décalage entre votre ressenti et ce qui se passe à l’extérieur, et ce que vous choisissez de croire. Ce n’est pas une nature. L’hypersensibilité débute pendant l’enfance… mais parfois elle se manifeste à la quarantaine aussi 🙂

Par exemple actuellement, nous voyons bien que l’hypersensibilité est en super développement, et c’est comme si notre monde était arrivé au bout. Car plus la conscience monte, plus le non respect de nos besoins essentiels nous « inconforte », plus le contrôle vacille, plus l’hypersensibilité se manifeste. Et soyons honnête, elle monte (la conscience).

Donc en bref, si vous vous sentez hypersensible, c’est une très bonne nouvelle. Maintenant, il ne vous reste plus qu’à être curieux et faire votre taf.

Thanks to Nadine Shaabana for sharing their work on Unsplash.
Le parcours en ligne

J’ai condensé ce que j’ai compris sur l’hypersensibilité et le frottement des hypersensibles avec le monde dans des textes qui s’appuient sur mon expérience et celles des gens autour de moi (clients, amis, rencontres).

Ces textes parlent du pourquoi on frotte. Le pourquoi est essentiel à l’humain, car sans réponse claire et intégrée, on peut avancer mais il reste quelque chose qui nous lie, qui nous retient. Nous avons besoin du pourquoi pour lâcher la bride.

  • Pourquoi nous n’avons pas confiance dans notre ressenti ?
  • Pourquoi nous sommes mal à l’aise avec d’autres personnes ?
  • Pourquoi nous n’avons jamais eu la reconnaissance que nous voulions ?
  • Pourquoi nous ne nous sentons pas écouté ?
  • Pourquoi nous procrastinons, nous n’arrivons pas à nous décider ?
  • Pourquoi nous nous sentons contraints et en efforts ?
  • Pourquoi notre vérité n’est pas entendue ?
  • Pourquoi nous ressentons cette frustration qui nous pousse à l’addiction ?
  • Pourquoi nous n’arrivons pas à vendre notre talent ?
  • Pourquoi nous nous sentons en manque de vie ?
  • Etc.

La bonne nouvelle, c’est qu’il y a des explications à tout et que oui, il suffit de comprendre pour que le doute (devenu une certitude) se dissolve petit à petit et que l’extraordinaire machine qu’est l’humain se remettre à fonctionner normalement et s’autorise à vivre, à être, à vibrer, bref, à faire ce pour quoi il est sur terre.

Chogyam Trungpa résume cela dans une notion qu’on appelle (mal traduit) la bonté fondamentale, que je traduirai plutôt par la « perfection originelle ». Dur à croire mais pourtant : vous êtes et vous avez toujours été parfait. C’est facile à démontrer. C’est ce que vous démontreront les textes (et en démontrant aussi où est le problème si ce n’est pas vous…). Et d’ailleurs, quelque part, vous le savez déjà…. même si vous en doutez 🙂

 

Le parcours comprend…

  • Un texte toutes les semaines + un exercice d’application sur 2 semaines
  • Un groupe Facebook privé pour échanger, poser vos questions et faire le lien avec vos propres expériences
  • Un atelier Enseignement & discussion, où je vous propose un thème (la colère, le désir, les contractions, la peur, etc.), toujours axé sur le pourquoi et ce que nous pouvons en faire + une séance de questions / réponses.
  • Deux ateliers-coaching en ligne par mois pour partager votre nœud actuel et le dénouer avec moi, en profitant des partages d’expériences des autres (max 4).

Ce programme est expérimental. Il a commencé avec un 1er groupe d’une quarantaine de personnes en mai/juin 2020 et un nouveau démarrage est prévu en mars 2021.

 

Comment ça marche ?

  • Toutes les semaines, vous recevez un texte le dimanche matin expliquant une expérience et une croyance de l’hypersensibilité avec un exercice d’application, souvent d’observation pour la semaine.
  • Je propose un atelier d’Enseignement & discussions le jeudi matin (9h/11h). Je réponds à vos questions sur le texte et vous propose un thème de discussion (en lien ou pas avec le texte). Vous pouvez aussi proposé un thème si ça vous démange. La thématique est pratique mais vous invite à mettre de la conscience sur ce qui se joue (Que faire de la peur ? Que faire du désir ? Comment réussir nos actions ? Comment entendre l’envie ?).
  • Vous pouvez poser des questions sur le groupe Facebook et partager votre expérience d’application. Je réponds à toutes vos questions !
  • Je vous propose deux ateliers-coachings en ligne par mois, limités à 4 personnes pour que chacun puisse être guidé individuellement. A travers les expériences que vous vivez, les frottements que vous expérimentez, nous mettons du sens sur ce qui se joue pour vous et l’expérience de chacun profite aux autres. Les ateliers-coaching ont lieu le mardi de 9h à 11h.
  • Enfin, toutes les deux semaines, je vous propose de participer à un cercle de paroles, le vendredi de 16h à 18h, sur Rennes (mais accessible virtuellement aussi).
  • Enfin je propose une pratique méditative et énergétique pour soutenir votre démarche, mais je vous en parlerai plus avant à votre inscription. Pour en savoir plus sur la pratique.
  • Si j’écris d’autres articles, ce qui est actuellement le cas à mesure que vous me racontez vos expériences, il continuera et ce sera à vous de décider si vous voulez continuer après 4 mois.

 

Combien ça coûte ?

  • Les textes + exercices + groupe Facebook + atelier hebdo Enseignement & discussion : 45 €/mois ou 160 €/4 mois.
  • Pour participer aux deux ateliers-coaching / mois en ligne, le tarif est de 25 €/atelier, l’inscription est libre.
  • Le cercle de paroles est accessible à 10 €/cercle.
  • La durée est du parcours est de 4 mois. Vous arrêtez quand vous voulez (sauf engagement sur 4 mois).

Je présente le parcours et l’ensemble du programme sur des ateliers en ligne régulièrement. Pour participer, vous pouvez vous inscrire ici.

Si vous êtes déjà motivé, vous pouvez vous inscrire ici. Vous recevrez une proposition d’intégrer le parcours et l’inscription sera alors confirmée à ce moment là.

 

    LE BLOG

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

    − 3 = 1

    Publier des commentaires