Nourrir nos besoins essentiels | Court-circuiter la phase intérieure ?

J’ai animé une conférence il y a quelques temps sur « l’hypersensibilité est-elle une manifestation d’humanité ou une fragilité ? ». Sans revenir sur le contenu de la conférence, il m’est venu quelques réflexions suites aux échanges de fin de conf, que je partage ici.     Donc grosso modo Oui, notre civilisation produit notre mal-être. Oui, elle…

Détails

Accueillir la douleur | Notre fuite civilisationnelle

Dans cet article, j’interroge la douleur que cela peut être de ne pas être accueilli(e) quand on est en contraction, en tension émotionnelle, et comment cet écho de non accueil peut résonner tout au long de notre vie. Comment surtout le non-accueil peut rendre le mal-être exponentiel, et générer une telle souffrance qu’on ne peut…

Détails

Prétention, connexion et source intérieure | Les repérer (partie2)

Dans cette partie 2, je parle de cette nourriture relationnelle à laquelle on peut prendre tant de plaisir, qui est si rare parfois, de quand elle se donne et de quand elle se donne pas. Je parle en particulier de la double brique idéale pour que cette discussion « miraculeuse » ait lieu : la quête de vérité et l’écoute du ressenti, ce que l’on pourrait appeler le « crédit à la source intérieure ». Alors, à ce moment là, nous sommes en transe intérieure…

Détails

L’appel intérieur | Vers un compagnonnage ?

L’appel intérieur est un appel d’exactitude avec soi et avec les autres. Une envie de transparence, de sortir de l’illusion, et d’être en connexion avec les autres de cette façon : pas en gérant une image mais en étant soi, pleinement, sans être dupe de nos parts intérieures qui demandent à se libérer. C’est l’idée d’un lieu de compagnonnage…

Détails

Les multiples parts en nous | Seul le dialogue est possible

Nous avons plusieurs parts en nous, et ces parts ont leurs propres histoires, leurs propres fantasmes, et leur blessure bien à elles. Elles s’activent quand une situation nous met en écho avec la blessure. Nous les refoulons ou nous identifions à elles. Et dans un cas comme dans l’autre, nous les subissons. Or, elles ne demandent qu’une chose : un espace d’expression.

Détails